Publié dans tableaux

Un ananas précieux

Vous l’aurez compris : j’adore les ananas.

Et si, en, plus ils sont originaux alors là, je craque !

D’où cet engouement me vient-il ?

Il y a 3 ans, j’ai commencé à travailler ce sujet avec de l’aquarelle en même temps que les palmiers, mais j’y reviendrai dans un prochain article.

Je trouve la forme même de l’ananas sublime : un subtil équilibre entre une base riche en motifs géométriques répétitifs et une explosion des feuilles dans la partie supérieure qui me fait penser à un feu d’artifice.

Inutile de dire que j’aime déguster le fruit, ce qui ne gâte rien à l’affection (si! si!) que je lui porte. En bref, le contraste rugueux de l’extérieur et la douceur de l’intérieur en font un fruit surprenant.

Revenons à mon propos initial.

Des ananas, j’en ai dessiné, peint à l’acrylique, à l’huile, en pochoir, sur des tee-shirts, des casquettes, des jupes, des tweets, des jean’s, des pochettes, des sacs…des petits, des grands, des unis, des multicolores.

Il me restait l’idée de la sculpture…

Oui, mais les matériaux (pierre, béton cellulaire, bois…) qui classiquement servent de base à la sculpture, j’ai déjà testé, et ça ne me tentait pas pour ce sujet là.

L’idée m’est venue de le travailler avec du… polystyrène extrudé !

Matériau dense mais léger avec une structure interne relativement aisée à travailler avec des lames fines ou une petite ponceuse électrique.

Je vous livre ici différentes étapes :

Je réalise un patron
Après transfert du modèle sur la plaque de polystyrène.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est très amusant de creuser ce matériau qui offre une résistance très minime et permet d’avoir un geste aisé et précis.

Question fondamentale : je m’arrête là, ou je continue ?

 

Découpe à la scie sauteuse : je poursuis mon travail !

 

Après avoir sculpté l’ananas dans sa globalité, je ponce dans les interstices afin de lisser au maximum là où j’ai creusé. Le polystyrène a tendance à s’effriter légèrement par endroits.

Pas tout à fait satisfaite du résultat, je passe un enduit à base de colle et de plâtre au pinceau dans les rainures.

Une fois sec, c’est mieux !

Je m’offre une petite digression dans mon travail avec la patron et les chutes de découpe que je trouve vraiment sympas et que je ne me résous pas à jeter.

 

 

Après avoir découpé le patron et l’avoir collé sur le châssis, j’imbibe le papier avec la colle très liquide du support afin de déchirer les contours et de faire « rentrer » le motif dans la toile bleue.

Bon, j’ai mon ananas en polystyrène extrudé qui m’attend toujours et je le trouve fade…

Après quelques essais de mise en couleur, je ne suis pas spécialement satisfaite.

 

Soudain, une « BRILLANTE » idée me traverse l’esprit :

et si je passais mon ananas à la bombe argentée ?

 

Et voilà le résultat !

Il prend une teinte et une consistance très nouvelles.

Il semble dorénavant précieux.

On dirait du métal ! J’adore !

A noter : les solvants de la peinture attaquent la structure du polystyrène et créent des petits cratères ce qui renforce l’impression métallique.

 

 

Mon ananas est terminé et je le trouve vraiment beau et original, surtout quand on le prend en main : il est si léger !

Et vous, vous aimez ?

Laissez-moi votre commentaire ici :

Auteur :

Peintre, créatrice, illustratrice, les idées se succèdent et j'ai envie de les partager ici.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s