Publié dans tableaux

Le tableau de vie

Quand mon amie Kathy est venue me trouver pour me demander de lui faire un tableau pour l’offrir à son mari pour Noël, j’ai senti monter une certaine pression : Noël étant dans 20 jours…

J’avais déjà offert un tableau au couple pour leur anniversaire de mariage dans lequel j’avais inscris des mots et des messages. J’aime beaucoup faire comme ça. Vous trouverez d’autres articles, dans ce blog, où je le raconte.

Là, au vu du format demandé (98 X 130) et du futur lieu d’accrochage (au dessus du lit, la chambre parentale) la pression est encore montée d’un cran !

Vous le savez, j’aime les défis que je mets un point d’honneur à relever, surtout quand c’est pour mes amis.

J’ai accepté, bien-sûr, tout en mettant un léger bémol sur la date de livraison… 20 jours…

Sans tarder, j’ai commandé le châssis qui a eu du mal à rentrer dans ma voiture : 1er stress.

Ensuite, j’ai installé mon grand chevalet au milieu de mon salon encore en travaux (nous emménageons et ce n’est pas triste…) et je me suis attelée au travail des sous-couches et du fond pendant que mon chéri posait du papier-peint sur nos murs : 2ème stress. Pourquoi avais-je dit « oui » ?

Kathy, qui travaillait « en sous-marin » dans le plus grand secret de la surprise qui se prépare. Elle m’envoyait des photos inspirantes au gré de ses pérégrinations et surtout, elle m’a fait parvenir une liste d’une soixantaine de mots et morceaux de phrases et à moi de les intégrer à l’oeuvre.

J’adore faire ça !

Jusqu’à présent, j’avais réalisé des tableaux avec juste quelques mots par ci par là et sur des petits formats.

Bon, là, le défi était de taille au sens propre comme au sens figuré.

Comment ne pas écrire un livre du coup ? Un livre pictural… oui, je sais, ça n’existe pas. Pourquoi ne pas l’inventer au final ?

Concernant les couleurs, Kathy souhaitait des teintes douces alliant des camaïeux de bleus et de beiges, des taupes sans oublier des touches de blanc. Une composition qui respire, tout en légèreté.

J’avais aussi en tête le bleu des murs de la cuisine de Kathy et j’ai voulu m’en approcher.

A propos de légèreté, il est important de noter qu’il fallait intégrer un dandélion (fleur de pissenlit).

C’est une thématique parmi d’autres comme les voyages, les motifs de sa housse de couette chérie … si ! si !

A partir de ce cahier des charges, je lui ai proposé une base de composition avec un croquis bidouillé sur mon téléphone (à quand la palette graphique ? j’en rêve…).

Oui, je sais, on fait ce que l’on peut avec ce que l’on a… c’est du bricolage mais ça donne une idée.

Bref.

Nous arrivions à échanger en catimini et même à s’appeler quand elle était à l’extérieur de chez elle. Mission secrète de la plus haute importance : plutôt rigolo ce type de complot !

Voici les travaux préparatoires :

1/ pose de Gesso

2/ délimitation du cadre principal

3/ mise en place de l’architecture du tableau

La composition en carrés me paraissait aller de soi pour pouvoir organiser les surfaces et les thèmes traités.

Pour tout dire, durant sa conception, ce tableau a beaucoup voyagé dans mon appartement d’une part car je manque de place en cette période de travaux, et d’autre part parce que je voulais apprécier les différences de luminosité et prendre du recul. Quand je travaille sur un projet, il m’habite tellement qu’il faut que je l’aie sous les yeux tout le temps (j’y pense même en dormant).

Puis est venu le moment de travailler des motifs. Là, on rentre dans le vif du sujet : ma partie préférée !

J’ai adoré intégrer les noms de lieux, villes ou pays à ces panneaux directionnels. Je me suis inspirée de ce que nous avions vu en Floride à Key West sur le port, j’avais trouvé ces pancartes trop drôles et très inspirantes car j’imagine que l’on peut tout y mettre !

Et bien-sûr, j’ai pris plaisir à intégrer les mots si précieux, tellement chargés de sens. J’y ai mis des intentions très fortes en les écrivant, vous le savez, c’est ce que je fais quand il s’agit d’une commande : je suis hyper centrée sur les destinataires. Ils le savent, ils le sentent !

Et puis il y a le van ! Super idée de mon amie que de l’intégrer au tableau pour ces amoureux des voyages et je me suis bien amusée à en peindre un dans un décor exotique.

Que dire d’autre si ce n’est qu’on peut « lire » ce tableau comme un livre ou un album de famille, qu’il est évolutif et très personnel.

C’est avec la plus grande confiance que Kathy m’a soumis les éléments de sa vie de famille et c’est avec le plus grand respect que je suis rentrée dans l’intimité de mes amis.

J’ai agi par elle et pour elle, pour son mari et ses enfants… ayant à coeur de mettre en couleurs et en images l’oeuvre unique de leur vie.

Mon petit doigt me dit que l’heureux destinataire a été très sensible à ce tableau qui a trouvé la place qui lui était réservée et qu’il y est bien…

Ah oui, au fait, le tableau a été livré le 25 décembre… défi relevé !

Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux :

https://www.instagram.com/emma_darcyyy/

https://www.facebook.com/edenand/

Vous avez aimé cet article ?

Faites-le moi savoir, j’en serai ravie !

Publié dans tableaux

La sérénité est une conquête

Tout a commencé quand Audrey, mon esthéticienne adorée, m’a demandé de lui faire un tableau pour son institut de beauté, « L’instant Sérénité « , installé à Bouc Bel Air.

Le lieu, décoré avec soin, évoque la pureté et le repos, des notions indispensables au bien-être en institut.

C’est avec plaisir que j’ai écouté et pris note des envies d’Audrey pour ce tableau : de l’aquarelle pour le côté subtil des rendus, de la peinture acrylique pour le rendu sur châssis en bois et le côté « tableau » et surtout du vert.

Pas n’importe quel vert. Un vert qui soit à la fois vif et doux, un vert qui reprend les tonalités de la façade et de l’identité visuelle du lieu. Par ailleurs, Audrey voulait que je reprenne le logo de son institut ou au moins la police de caractère associée. A ce stade, je ne voyais pas encore j’allais faire… C’était une première pour moi !

Je suis revenue pour lui présenter les essais de couleurs que j’avais faits en travaillant sur les tonalités qui me paraissaient correspondre à ses envies initiales. On a ainsi pu affiner les teintes choisies.

Et puis je me suis mise au travail… Je suis partie sur un univers floral (ça vous étonne ? ;-)) et j’ai laissé faire mon pinceau dans l’espace feuille.

J’avais envie de travailler sur des tonalités à la fois douces et toniques avec des tracés s’entremêlant délicatement pour jouer sur les transparences. Force et légèreté.

Parallèlement à ce travail à l’aquarelle, j’ai peins un fond de toile avec de la peinture acrylique. J’ai souhaité moduler les verts entre teintes plus sombres et plus claires afin de les rendre vibrants et dynamiques.

A ce stade se sont posées deux questions : comment restituer le nom de l’institut le plus fidèlement possible dans le tableau ? Comment associer les deux techniques de l’aquarelle et de l’acrylique ? Je ne l’avais jamais fait auparavant.

Comme souvent, je suis partie dans la création et je me suis mise en mode « automatique ».

J’ai fait ce que j’aime faire et ce que je sais faire…

Explications : je fais ici référence à mes cartes de fleurs en relief. J’aime découper des fleurs peintes à l’aquarelle et je sais les agencer pour créer des compositions florales fournies et colorées.

Alors j’ai décidé de reconduire ce procédé et de découper tout mon travail pour le réagencer en collant les éléments sur le châssis peint. J’ai ainsi pu composer, modifier, disperser les éléments au gré du montage.

Le travail est ainsi né sous mes doigts comme par magie !

Et enfin, LA contrainte technique : il fallait trouver comment reproduire le nom de l’institut le plus fidèlement possible en gardant la police de caractères originale. A main levée, ça me paraissait plus qu’aléatoire !

J’ai utilisé mon ordinateur et mon traitement de texte afin de reproduire au plus près l’en-tête de l’institut. La suite, je ne la dévoilerai pas… c’est mon petit secret de fabrication…

Lors de la phase de recherches, j’avais fait des essais avec une couronne de fleurs utilisant des pivoines comme celle qui est sur le logo de l’institut. Puis j’ai cherché une citation faisant référence à la sérénité et celle d’André Malraux m’a tout de suite interpellée ! L’idée de la conquête sans doute…

J’ai ensuite encadré cette aquarelle sur un fond vert d’eau pour l’offrir en plus du tableau à Audrey.

Au final, je suis ai donc remis deux tableaux.

Audrey a été émue de découvrir mon travail et elle a tout de suite su où elle voulait les placer l’un et l’autre.

Venez voir par vous même sur place ! Vous y serez très bien accueillis !

https://www.instagram.com/emma_darcyyy/

https://www.facebook.com/edenand/

Vous avez aimé cet article ?

Faites-le moi savoir ! J’en serai ravie !